Cuisine et récession

recettesmetroEt si la récession nous permettait d’être plus créatif et de se concentrer (de nouveau) sur l’essentiel ? La question peut paraître brutale mais il semblerait qu’en ces temps de vaches maigres : on se remette à cuisiner (des plats réconforts avec des produits moins nobles, plus « terroir », des mises en conserve, etc.); on s’offre du savoir-faire (livres, ateliers, blogues…) pratico-pratique pour réapprendre (bye bye la transmission mère-fille); les restaurants bling bling, les « m’as-tu vu ? » ont moins la cote (un retour dans l’assiette et non plus autour); les épiciers se lancent dans une guerre de prix (hélas, pas encore sur tous les produits)…

Ce constat positif a cependant un revers : l’achat et la consommation de produits vraiment bas de gamme, peu dispendieux et souvent hyper transformés; la baisse de fréquentation voire la fermeture d’établissements…

La création de recettes « économiques » (c’est-à-dire avec un coût par personne le plus réduit possible, l’utilisation de produits bien précis, des temps de préparation et de cuisson très bas, sans compter l’intérêt nutritionnel) est un exercice que j’aime faire et expérimente chaque jour.

Pour l’épicier Metro, j’ai longtemps fourni à partir d’un brief très précis des recettes simples et abordables (notamment pour la campagne un Souper à votre goût que l’on retrouve sous forme de carte postale dans les commerces de l’enseigne).

Élaborer des menus simples (réalisation et coût), équilibrés et variés, apprendre à gérer son «stock» alimentaire (épicerie, gestion du frigo…), (re)découvrir des produits de base naturels (avant transformation par l’industrie agroalimentaire) et cuisiner le tout avec une pointe de créativité… en voilà tout un programme ! Les cours d’économie familiale ne sont pas si loin…

Billets similaires

Commentaires

écrire un commentaire