Gestion alimentaire

chapelureLe rapprochement va certainement vous faire bondir et pourtant, c’est le flash visuel que j’ai eu… en transformant mon pain dur en chapelure. Oui, je me suis dit qu’Haïti devait ressembler à l’heure actuelle à ce tas de décombres et de poussières. Une sincère pensée pour tous ceux qui vivent ce drame.

Partir de ma « micro perso gestion alimentaire à moi » pour aboutir à la crise alimentaire haïtienne ? Depuis la catastrophe, je pense à ces deux notions importantes que sont la gestion et l’autonomie alimentaires. A priori, Haïti les a perdues en important toutes ses denrées de l’extérieur et en délaissant son agriculture. Juste un constat tiré de lectures de-ci de-là.

J’aimerais comprendre comment les dons en argent se transforment en biens de consommation de première nécessité (eau, riz, etc.) pour les zones sinistrées ? Concrètement, chez qui les ONG et autres organismes humanitaires ou gouvernementaux font-ils leur épicerie ? Qui sont ces fournisseurs ? Font-ils des prix, des « spéciaux » ? Pour le moment, je n’ai pas trouvé l’info et je m’interroge.

>> La réponse de… Radio Canada ! Merci.

Billets similaires

Commentaires

écrire un commentaire