publication

La bédé agroalimentaire

Extrait BD La Guerre des OGM_Delcourt_2009_P9

Extrait de La Guerre des OGM de Michaël Le Galli (scénario) et Mike (dessin) paru chez Delcourt en 2009

Après avoir été mangaesque, vinicole, invitée dans les cuisines d’un grand chef… la bande dessinée culinaire s’attaque à des sujets agroalimentaires sérieux sous la forme de reportages ou documentaires… sérieux! Ainsi retrouve-t-on publié des sujets pointus comme l’histoire des OGM ou la culture de l’huile de palme en Malaisie sous la forme d’un album complet ou d’un reportage inclus dans des revues généralement spécialisées (les fameux mooks). Avec l’engouement pour le fait alimentaire, la bédé agroalimentaire devrait de plus en plus se développer. Prédiction.

Le fait alimentaire_José Muchnik

Le fait alimentaire et les enjeux sociaux (fig. 1 de Nourrir… le corps humain et le corps social, José Muchnik, p. 25-42,  Le monde peut-il nourrir le monde? IRD Éd., 2006)

Pour des lecteurs qui, comme moi, rechignent (souvent, par manque de temps) à lire des centaines de pages sur un thème agroalimentaire précis, le genre bédéreportage s’avère un excellent média « alliant ressources graphiques et littéraires (…) particulièrement approprié pour restituer à la fois la “chose vue” et l’expérience vécue par le reporter sur le terrain, offrant ainsi au lecteur un autre regard sur le monde. »

En France, depuis son premier numéro en 2013, La Revue Dessinée a plus d’une fois inclus des reportages en rapport avec l’agroalimentaire (comme celui-ci sur le prix des terres agricoles en France). Au Québec, Nouveau Projet flirte de très près avec le genre même si pour le moment aucun reportage 100% agroalimentaire n’a été publié. Par contre, le semestriel a déjà édité un reportage illustré signé Cyril Doisneau sur les cuisines du restaurant montréalais Pastaga ainsi qu’un reportage graphique sur l’écologie.

La question qu’on pourrait se poser – que je me pose en tout cas! – est : si la bédé se prend trop au sérieux, est-ce un risque? À ce propos, le prolifique dessinateur et scénariste français Lewis Trondheim répond : « Non, je ne pense pas. Chacun doit faire comme il le veut. Je me prends quand même régulièrement au sérieux. Je bosse sérieusement tout en essayant de m’amuser. C’est une question d’équilibre. Les clowns ne sont pas tout le temps rigolos. Mais garder un regard d’enfant, se surprendre, s’émerveiller, ça oui, c’est important. »

Cette fin de semaine se tient la 4ème édition du festival BD de Montréal à l’Espace Lafontaine. L’occasion de découvrir de grandes, moyennes, petites maisons d’édition (aussi des auteurs qui publient à leur compte) et de dénicher sans nul doute quelques bédéreportages. Un genre qui remonte selon les spécialistes de la case soit à la fin des années 80 avec le Maus d’Art Spiegelman; soit au début des années 90 avec Joe Sacco et ses Palestine (la particularité de cet autre illustrateur américain étant sa double casquette : journaliste et dessinateur). Depuis, le genre bédéreportage ou bédédocumentaire a fait beaucoup de petits, principalement sous la forme de récits autobiographiques, au regard et propos très personnels. Le Québécois Guy Delisle avec ses Shenzhen, Pyongyang, Chroniques birmanes, Chroniques de Jérusalem… en est un bel exemple.

Pour en savoir plus sur le phénomène BD reportage…

  1. Séverine Bourdieu, « Le reportage en bande dessinée dans la presse actuelle : un autre regard sur le monde », COnTEXTES [Online], 11 | 2012.
  2. Un bel exemple de BD reportage sur un sujet huileux… Anne-Laure Barral et Hippolyte, 2013, Au pays de l’huile de palme.
  3. Depuis 2013, le trimestriel français La Revue Dessinée traite de sujets d’actualité uniquement en bandes dessinées. Enquêtes, reportages, documentaires… généralement un journaliste s’associe avec un dessinateur. C’est très réussi. Les styles graphiques sont variés et les sujets super intéressants. Le septième numéro (printemps 2015) vient de paraître.
  4. Et parce que samedi 23 mai il y eut une marche mondiale organisée contre l’entreprise de biotechnologie Monsanto, je me suis plongée dans cette bande dessinée relatant l’histoire des OGM et comment les directives nationales se refilent cette patate chaude depuis les années 70 : La Guerre des OGM de Michaël Le Galli (scénario) et Mike (dessin) paru chez Delcourt en 2009.

Billets similaires

Commentaires

écrire un commentaire